Lasantéassuréecomonune vulgaire voiture

时间:2019-09-17 责任编辑:隆锶庇 来源:betway必威官方网站 点击:219次

保证maladie。 Unassureurprivéranceuncontratbaséurle principe du bonus-malus。 Lesmutualistesdénoncentlecoupportéàlasolidarité。

Encore un coup de boutoir contrelesystèmesolidairede protection sociale。 La compagnie d'assurancesprivéeMutuellesdu Mans Assurances - qui n'a de mutuelle que le nom - défrayelachronique enannonçantlelancement d'une nouvelle formuledecomplémentairesantéquitendàtraiterle risque maladie pour la personne comme le risque accident pour la voiture。 Ce produit,baptisé«Santéplepleeffet»,estbaséurun contrat classique,dont la cotisationestàlafoismajoréede15%etdiviséenendeuxmoitiés:l'uneestconservéeparl'assureur entoutétatdecause,la seconde fonctionne comme uneuneéérembourable。 Si,dans l'annéequisuit,lesdépensesdesantédel'assurésontfaibles voire nulles,MMAs'engageàluiremboursercetteréserve。 Àl'verse,si le montant delaréserveestdépenséavantla fin de l'année,l'assureur conserve cette partie de la cotisation。 L'assuréinfinratoutefoisàêtreremboursédeses fraisdesantésanspénalité,s'empressedepréciserMMA。

Pourlapremièrefois,un acteur de poids delacomplémentairesantébrisele principe de base de la protection contre la maladie dans notre pays,celi de la mutualisation des risques,delaolidaritéentretouslesassurés,quels que soientleurétatdesanté etleurâge,au profit de l'individualisation。 Ce nouveau contrat s'inspire,sans le dire,du bonus-malusappliquédansl'assurance auto:les malades paieront plus cher que les bien portants dont les cotisationsserontlesée。 MMA ne s'en cache pas,il chercheainsiàcuncterun public jeune,fréquentantpeules cabinetdemédecinsetleshôpitaux。 «Si vous avez trente ans et que vous allez cinq fois chezlemédecindansl'annéeenachetantlesmédicamentsquivont avec,vous n'aurezpasépuisévotrereréé»,illustre une porte-parole de la compagnie。 «Oubliant»au passage de bringner un risque induit par ce type de produit:des cotisants pourraient choisir derenonceràdessoins pour garder leur«ristourne»。

Ainsi,dans les faits,MMA pratique la discrimination en fonction de l'étatdesanté,dénonceJean-Pierre Davant,présidentdelaMutualitéfrançaise,qui souligne le«danger de mettre danslatêtedesgens qu'ils vont payer non plus en fonction du principedeolidaritémaisen fonction du risquequ'ilsrerésentent»。 Sicetterègledevaitsegénéraliser,le droit aux soins deviendrait tout bonnementproportionnelàlagrosseur du portefeuille。 Leprésidentdugroupe MMA,Jean-Claude Seys,sendéfendenarguant desavolontéd'enrayerunetendanceàderetirer de l'assurance。 «la pire des approches individualistes est de cesser de s'assurer»,dit-il,invoquant le danger couru en casdepépin。 Mais«si les jeunes ne s'assurent pas,c'est parce que les assurances sonttropchères»,fait observer l'association de consommateurs UFC-Que choisir。

Les tarifs desassurancesantantés'envolentdepuisplusieursannées。 Uneconséquencedirectedes«réformes»de l'assurance maladie,àl'instarde la loi Douste-Blazy de 2004,qui limitent la couverture garantie parlaSécuetransfèrentdeplusendédétenssesurlesassurésetleurscomplémentaires。 L'initiative commerciale de MMA le confirme,sibesoinétait:en refusant d'assurer le financementcollectifnécessaireaurégimedebasepourrépondreauxbesoins,le gouvernement a ouvert lavoieàlapire des pratiques。

Yves Housson